Archives de catégorie : Canal du Midi

Tocht naar Saint-Quentin (dag 1) : Vendhuile-Lesdins

Na de heuvel voor Vendhuile, zien we een “mooi kasteel” … Papa reed voor de boot zonder hem te zien, waardoor we moesten inslaan bij het “mooie kasteel” … oude fabriek!!!

Toen we in de boot waren en iedereen goeiedag hadden gezegt kwam de meneer van de “souterrain de Riqueval” aan om te vragen of we vandaag niet zouden vertrekken. Vertrek zonder problemen en een kwartier later komen we bij de tunnel aan en wachten wij voor een speciale boot die geen uitlaatgassen geeft in de tunnel.

Aangezien ik silex nodig had voor mijn huiswerk, zochten wij wat silex. Na 30 seconden zoeken had ik al 20 kg van.

De tunnel was lang (5670 m aan 4km/u), koud en vochtig maar zeer interresant. Na de eerste tunnel was er een tweede tunnel dat we moesten passeren om de dag er na te kunnen uitslapen. Super ligging om te slapen met onze enige buren : een koppel paarden.

Tocht naar Saint Quentin (dag 2) : Lesdins-Saint-Quentin

Opstaan zonder wekker op het gemak, goed gegeten om kracht te hebben voor onze eerste sluizen (30ste voor Mamounet en Papounet).

Eerste sluis, eerste problemen : we zaten vast in de sluis die niet meer open wou, toch hebben wij als een dream team gewerkt. Dat probleem was snel opgelost. Andere keren, betere keren.

Voor de middag werden Ceylan en ik gedropt om foto’s te maken (panorama en gewone).

Middagmaal en de rest naar Saint-Quentin gebeurt zonder drama. De haven was rustig voor dat wij toekwamen, we hebben mijn huiswerk (silex) gekuist en onze wasbak (emmer) is weggevlogen tot aan de andere zijde van de haven. Resultaat : Papounet heeft zijn fiets mogen uithalen.

VNF investit pour nous.

Après le départ de nos apprentis mariniers, nous avons bien dû nous résoudre à reprendre le collier. Comme vous pouvez le constater sur les photos ci-dessous, nous avons pris nos précautions pour éviter tout problème musculaire lié à un démarrage trop brusque !

VNF (Voies navigables de France) nous a fourni, au début du canal de Saint-Quentin, une télécommande pour actionner les écluses. Selon que nous sommes “montants” ou “avalants”, nous appuyons sur le bouton correspondant, et hop, le tour est joué. L’écluse se met en branle.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Vu le nombre de bateaux que nous croisons, il ne doit pas y avoir de rupture de stock de télécommandes…

Faire et défaire, c’est toujours travailler…

Si vous avez suivi nos élucubrations jusqu’ici, vous savez que la réfection d’une écluse sur le canal de l’Aisne à la Marne nous oblige à “faire des ronds dans l’eau” en attendant la réouverture du canal le 3 mai.

Il n’y a pas de raison que seules les autoroutes belges soient victimes de délais lors des travaux entrepris, et nous avons appris hier que le foutu canal ne serait rouvert que le 10 mai (en attendant mieux ?).

Après une nuit de sommeil agitée, nous avons décidé de changer une nouvelle fois d’itinéraire. Nous irons donc par le canal des Ardennes et le canal des Vosges, en passant par Sedan et Verdun, ce qui allongera le trajet de 250 km et une trentaine d’écluses.

On peut rire, mais pas se moquer!

Cool,  nous sommes en vacances…

 

A la recherche du Graal “Canal du Midi”, le bien nommé…

En ce jour du 26 avril de l’an de grâce 2014, Marc (chevalier au long cours), accompagné de  Marie-Claire (sa dulcinée), ainsi que 2 compagnons de passage (Dom et  Fred), partirent pour une énième étape à la recherche de leur Graal. Chevauchant leur fidèle destrier de métal (Salliance, le bien nommé), les voilà partis, chevauchant les flots hostiles  de cette terrible région inhospitalière (l’Aisne, ça ne s’invente pas…).

Le parcours de ce jour fut  terrible et parsemé d’embûches, mais couronné de succès. Sachez, manant, que 9 forteresses furent vaincues (de peur, celles-ci ouvrirent leurs portes à notre approche), 3 armées métalliques (Freycinet 1,2 et 3) furent déroutées par notre vaillance (de tous les peuples de la Gaule…).

Après ces terribles épreuves, la journée se termina devant un festin pantagruélique arrosé d’une eau parfumée à l’anis (pour certain), houblon et jus de raisin (pour d’autres).

Fred.

Le “Chemin des Dames”

En cette année où nous célébrons le centenaire du début de la première guerre mondiale, nous étions aujourd’hui au cœur d’un de ses hauts-lieux.

Nous avons démarré  ce matin à l’aube vers le souterrain de Braye. Ce tunnel passe sous le “Chemin des Dames”, où s’est déroulée une des plus épouvantables batailles de l’Histoire, puisqu’on estime que 350000 hommes y ont perdu la vie.

Après avoir déposé  Dominique et Frédérick à Bourg-et-Comin et traversé l’Aisne sur un pont-canal, nous avons continué notre route jusque Berry-au-Bac, sous un splendide arc-en-ciel.

Demain, nous entamerons le contournement de Reims. Nous espérons arriver à Sedan vendredi soir.

Tirez sur la chevillette…

Nous avons parcouru aujourd’hui notre plus moche tronçon de navigation (peut-être à l’exception de la Sambre du côté de Charleroi). Dans moins de 10 ans le Canal de l’Aisne entre Berry-au-Bac et  Asfeld, si on le laisse en l’état, fera partie du passé.

Dès que nous sommes arrivés sur le canal des Ardennes, le paysage a changé. Beaucoup de silos à grains et de grandes étendues de culture. La France est sans doute encore le grenier de l’Europe.

Aujourd’hui, nous avons testé une nouvelle technique d’éclusage,  avant l’invention de la télécommande.  Comme dans “Le Petit Chaperon Rouge”,  “Tirez la chevillette et la bobinette cherra” enclenche le mécanisme d’ouverture des portes !

L’échelle d’écluses de Montgon

Sous un beau soleil, nous avons réalisé aujourd’hui l’ascension de l’échelle d’écluses de Montgon.

Ce fut une magnifique étape longue (ou courte) de 15 kilomètres, ponctuée de 28 écluses (soit 2 par kilomètre !) pour un dénivelé de 84 mètres. Nous étions “montant” ce qui rendait le passage des écluses encore plus délicat.

Nous sommes arrivés à Le Chesne, fourbus mais contents.

Demain 1er mai, pas de navigation.

Cap au Sud !

Il nous aura fallu trois semaines pour nous débarrasser de cette habitude de vieux loups de mer, gênante pour des marins d’eau douce : tirer des bords !

Cette fois-ci, ça y est, nous avons mis le cap au Sud. Dès que les nuages le voudront bien, nous aurons le soleil dans les yeux…

Le Canal des Ardennes (et les paysages aux alentours) est vraiment superbe, peut-être parce que pour nous, c’est un peu un retour aux sources.

Snoep in Sedan

Geen beter begin van een vakantie dan in je eigen bed in slaap vallen en wakker worden… op een boot !

Ontbijten doen we met verse chocoladebroodjes en croissants. De Franse mier in de Franse honing wordt doorgespoeld met Franse chocomelk en dan zijn we klaar voor vertrek.

Onze eerste sluis valt zo goed mee dat we hem direct in twee richtingen nemen.
Ik zie, ik zie, maar niemand ziet de fiets, het schaap, noch het schaap op de fiets, laat staan de hond met de hoed – tijd voor koffie en tekenen.

Jolien toont Papounet hoe je je naam schrijft met de boot. De zwaluwen scheren laag over het water en bij elke brug mogen we de scheepsbel laten luiden.

Even later vinden we de perfecte picknickplaats. De omgeving wordt grondig nagekeken op piraten zodat we veilig kunnen aperitieven. Na het eten is het tijd voor een siesta. We lezen het boek van Hond, Wolf en Pup in de zon op het achterplecht. Het einde is zo spannend dat we niet eens merken dat we weer aan het varen zijn. Stroomafwaarts gaat sneller dan tegen de stroom op. Jolien wil best nog eens slapen op de boot en ik vind mijn zwemvest echt wel cool, maar we meren weer aan in Sedan en voor ons zit de vakantie er op.

Papounet en Mamounet vertrekken na al hun omzwervingen in het noorden nu echt wel richting zuiden. We zwaaien ze enthousiast uit met een zakje snoep als souvenirtje in de hand.