Marcel, Marcello pour les intimes.

Depuis que nous faisons des arrêts à Oudenburg, et Dieu sait si nous étions des habitués, Marcel vient nous proposer ses denrées : oeufs, légumes, pommes de terre, confitures…

Dès qu’un bateau se pointe, il arrive avec son vélo sur le ponton. Il y vient six fois par jour. Et c’est un bon vendeur, mais tout le monde n’apprécie pas toujours sa visite.

Il est un rien pince sans rire. Aujourd’hui, il nous a demandé quand nous comptions repartir. Nous lui avons répondu demain matin. Il se gratte alors le crâne et nous répond : ” Demain, c’est pas possible”. Aïe, l’écluse plus loin est en panne ? “Non, nous répond-il, cette nuit j’enlève le bouchon, les bons clients, je les garde.”

Brave Marcel!

Share

1 réflexion sur « Marcel, Marcello pour les intimes. »

  1. Le périple a des airs de pèlerinage ! Le Marcel semble en pleine forme.
    Les moussaillons sont vos petite-enfants ?

Les commentaires sont fermés.