Archives du mot-clé Canal de Saint-Quentin

Vous avez dit “Un long fleuve tranquille” ?

Après un bon mois de navigation, nous voici donc arrivés à Chalon-sur-Saône. Le moins que l’on puisse dire, c’est que notre périple n’aura pas été jusqu’ici un long fleuve tranquille (sauf les quelques derniers jours sur la Saône). Voici une petite piqûre de rappel pour ceux qui n’auraient pas tout suivi :

  • Après un départ en fanfare, un embouteillage monstre sur le canal du Nord nous décide à obliquer vers le canal de Saint-Quentin.
  • Des travaux sur la première écluse du canal de l’Aisne à la Marne nous forcent à faire des ronds dans l’eau et à naviguer au frein à main pour patienter.
  • Cerise sur le gâteau, ces mêmes travaux prennent une semaine de retard supplémentaire, et nous décidons de remonter par le canal des Ardennes pour rejoindre la Meuse à Sedan, puis enfin descendre par le canal des Vosges.

Nous pouvons bien reconnaître aujourd’hui que ce détour par Sedan nous a mis un mauvais coup au moral. Pensez donc : 250km et 30 écluses de rab, ajoutés à cette désagréable impression  de tourner en rond comme des bourriques.

Mais qu’est-ce que ce détour invraisemblable nous a finalement coûté en termes de planning ? Et bien rien, niets, que dalle, peau de zob, nada,  macache ! Le planning initial, daté du 8 janvier 2014, prévoyait que nous serions à Chalon-sur-Saône le 16 mai, c’est-à-dire aujourd’hui. Ça, madame, c’est quand même autre chose que le respect des horaires à la SNCB !

Planning initial

Faire et défaire, c’est toujours travailler…

Si vous avez suivi nos élucubrations jusqu’ici, vous savez que la réfection d’une écluse sur le canal de l’Aisne à la Marne nous oblige à “faire des ronds dans l’eau” en attendant la réouverture du canal le 3 mai.

Il n’y a pas de raison que seules les autoroutes belges soient victimes de délais lors des travaux entrepris, et nous avons appris hier que le foutu canal ne serait rouvert que le 10 mai (en attendant mieux ?).

Après une nuit de sommeil agitée, nous avons décidé de changer une nouvelle fois d’itinéraire. Nous irons donc par le canal des Ardennes et le canal des Vosges, en passant par Sedan et Verdun, ce qui allongera le trajet de 250 km et une trentaine d’écluses.

On peut rire, mais pas se moquer!

Cool,  nous sommes en vacances…

 

VNF investit pour nous.

Après le départ de nos apprentis mariniers, nous avons bien dû nous résoudre à reprendre le collier. Comme vous pouvez le constater sur les photos ci-dessous, nous avons pris nos précautions pour éviter tout problème musculaire lié à un démarrage trop brusque !

VNF (Voies navigables de France) nous a fourni, au début du canal de Saint-Quentin, une télécommande pour actionner les écluses. Selon que nous sommes “montants” ou “avalants”, nous appuyons sur le bouton correspondant, et hop, le tour est joué. L’écluse se met en branle.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Vu le nombre de bateaux que nous croisons, il ne doit pas y avoir de rupture de stock de télécommandes…

Tocht naar Saint Quentin (dag 2) : Lesdins-Saint-Quentin

Opstaan zonder wekker op het gemak, goed gegeten om kracht te hebben voor onze eerste sluizen (30ste voor Mamounet en Papounet).

Eerste sluis, eerste problemen : we zaten vast in de sluis die niet meer open wou, toch hebben wij als een dream team gewerkt. Dat probleem was snel opgelost. Andere keren, betere keren.

Voor de middag werden Ceylan en ik gedropt om foto’s te maken (panorama en gewone).

Middagmaal en de rest naar Saint-Quentin gebeurt zonder drama. De haven was rustig voor dat wij toekwamen, we hebben mijn huiswerk (silex) gekuist en onze wasbak (emmer) is weggevlogen tot aan de andere zijde van de haven. Resultaat : Papounet heeft zijn fiets mogen uithalen.

Tocht naar Saint-Quentin (dag 1) : Vendhuile-Lesdins

Na de heuvel voor Vendhuile, zien we een “mooi kasteel” … Papa reed voor de boot zonder hem te zien, waardoor we moesten inslaan bij het “mooie kasteel” … oude fabriek!!!

Toen we in de boot waren en iedereen goeiedag hadden gezegt kwam de meneer van de “souterrain de Riqueval” aan om te vragen of we vandaag niet zouden vertrekken. Vertrek zonder problemen en een kwartier later komen we bij de tunnel aan en wachten wij voor een speciale boot die geen uitlaatgassen geeft in de tunnel.

Aangezien ik silex nodig had voor mijn huiswerk, zochten wij wat silex. Na 30 seconden zoeken had ik al 20 kg van.

De tunnel was lang (5670 m aan 4km/u), koud en vochtig maar zeer interresant. Na de eerste tunnel was er een tweede tunnel dat we moesten passeren om de dag er na te kunnen uitslapen. Super ligging om te slapen met onze enige buren : een koppel paarden.

Rencontre d’un autre temps.

Nous sommes à Vendhuile. Nous ne savons pas aller plus doucement, nous avançons au frein à main.

Tous ceux qui sont un jour partis en vacances avec Marc connaissent son talent pour lier connaissance avec ce que nous appelons “un chien avec un chapeau”.

Cette année, grande innovation : Marc a rencontré un chien … avec un berger et des moutons ! Le brave homme espère monter son entreprise : étendre son cheptel et sillonner les berges du canal pour les nettoyer. Nous lui souhaitons de concrétiser ses projets.

Demain, nous attendons Olivier, Ceylan et Lucas.

Robinets qui coulent et baignoires qui fuitent

Ce n’est pas parce que ce sont les vacances de Pâques qu’on ne peut pas en profiter pour réviser avant les examens de fin d’année.

Voici donc un petit problème soumis à votre sagacité.

  • 120 péniches attendent devant la première écluse du canal du Nord (90 péniches de 87m/8m et 30 au gabarit Freycinet).
  • L’écluse fait 100m de longueur pour une largeur de 8m60.
  • Chaque sassée dure 30 minutes.
  • L’écluse est ouverte de 6h30 à 20h.

Sachant que nous ne sommes nullement prioritaires (manquerait plus que ça !), dans combien de temps pourrons-nous nous insérer dans le trafic ?

Nous n’avons pas attendu de vérifier si la théorie collait avec la pratique, nous avons filé à l’anglaise vers le canal de Saint-Quentin.

Nous sommes à Cambrai depuis lundi soir et nous y resterons jusque mercredi matin, puisque nous devons avancer comme des “lumeçons”, chômage oblige. Le chômage, ce n’est pas le manque de travail mais le travail récurrent dans les écluses et sur les canaux.

Les routes et les canaux se sont croisés. Dimanche soir, nous avons eu la visite (surprise) de Dominique et Jean-Paul. Nous avons passé une agréable soirée au bateau et un bon petit déjeuner dans le mobilhome. Si vous trouvez que nous avons une “tronche de cake”, c’est peut-être à cause d’un lever (trop) matinal après une soirée qui s’est terminée (trop) tardivement…

 

Modification du parcours (et du planning…)

Ce soir, c’est bien la mère qui est un peu agitée…

Le Canal du Nord, que nous devions emprunter dès demain, vient de rouvrir après 30 jours de chômage. Il faut compter 3 jours pour s’insérer dans le trafic de mariniers excités comme des puces, et nous avons décidé de nous dérouter par le Canal de Saint-Quentin.

Cerise sur le gâteau, le Canal de l’Aisne à la Marne est en chômage jusqu’au 2 mai pour permettre la réparation d’une écluse. Nous pouvons donc prendre notre temps pour arriver jusque là.

Demain, nous serons à Cambrai, et nous referons un planning plus précis pour la suite…