Archives du mot-clé Canal Champagne-Bourgogne

Les algues sont derrière nous

Nous avons quitté sans beaucoup de regrets le canal entre Champagne et Bourgogne. Ce matin encore, il a fallu mettre quelques coups de fourche pour enlever les algues. Nous espérons ne plus les rencontrer de si tôt.

Nous avons cru que nous aurions du poisson ce midi. Avec les moyens du bord, deux ardents adeptes de la pêche à la ligne allaient nous rassasier. Heureusement que nous avons su faire la multiplication des pains, parce que pour ce qui est de la pêche miraculeuse, nous attendons toujours.

Clément, quand tu viendras encore, prends ton matériel !

Op bezoek bij Mamounet en Papounet

We zijn terug op bezoek bij Mamounet en Papounet. We zijn woensdag avond toegekomen met de auto.

Gisteren zijn we boodschappen gaan doen met de auto, het was ver, maar wel leuk want ik heb lekkere snoepjes gekregen.

‘s Middags zijn we lekker gaan eten en na de middag naar een speelplein geweest met een strand. Ik mocht zelfs met mijn voetjes in het water (en was dan toch volledig nat, hihi). Matthieu heeft ook zijn voetjes nat gemaakt (en al de rest). We hebben samen op een kasteel met glijbanen gespeeld.

Eens Matthieu in slaap iedereen blij :-). Vandaag hebben we gezwaaid naar de leuke buren die weggevaren zijn. Het was heel leuk want we hebben koekjes en schelpjes gekregen. De mensen konden mij goed begrijpen want ze spreken ook Nederlands.

Nu gaan we terug naar huis, Matthieu is moe en zal misschien in de auto slapen.

Daaaaag!

Groetjes,

Elise en Matthieu.

Camping en bateau

Tous les autres bateaux sont partis en explorateurs et nous ont laissés seuls à quai.

Au vu des travaux de dragage et des perpétuelles algues, nous sommes bien contents de faire une pause.

Nous sommes installés dans un camping privé, où nous disposons d’une douche, d’une aire de pique-nique et de l’électricité en sus.

Toute cette infrastructure était à notre usage exclusif jusqu’à 15 heures, mais l’armada a rapidement suivi !

Mais pas de soucis, demain matin ils vont tous disparaître comme une volée de moineaux !

Il y en a qui sont vite contents !

Voici le résumé d’un avis VNF publié ce matin :

“Retour aux conditions normales de navigation
Le 02/08/2014 à 16:00
Canal entre Champagne et Bourgogne

Entre les pk 1.085 (Écluse 71 du Désert) et pk 18.833 (Écluse 64 de Sapignicourt)

Commentaire :
Mesdames et messieurs les usagers de la voie d’eau sont informés que les algues sont retirées. La navigation a repris à partir du 02/08/2014 à 16h00.”

Pour ne pas mettre en cause un avis officiel publié sur papier timbré, nous considérerons que les algues s’étaient à nouveau agglutinées juste à cet endroit avec une vitesse déconcertante !

Marc a même pu jouer au jardinier en attendant l’arrivée de l’éclusier.

Nos compagnons du bateau Waterman, avec qui nous naviguions depuis une semaine, nous quittent demain matin.

La navigation avec eux a été bien agréable. Et pas que la navigation : les petits cafés de l’après-midi et les grands apéros du soir.

Merci à Christiane et à Thierry pour l’aide aux écluses.

A partir d’aujourd’hui, nous prenons à nouveau des vacances en attendant nos prochains visiteurs.

Nous aurions dû prendre nos bottes !

Pour enlever les amarres ce matin, il nous aurait fallu des bottes !

Il a tellement plu cette nuit que que le canal était sur le point de déborder. Heureusement que nous n’étions pas sur une rivière.

Dominique et Jean-Paul ont aussi donné : ils ont eu besoin d’aide pour sortir leur mobilhome de la gadoue.

Au vu des pommiers chargés, les amateurs de gelée n’auront plus qu’à passer commande dès  septembre.

Nous avons profité de la présence du véhicule de Dominique et Jean-Paul pour aller visiter le mémorial de Charles de Gaulle, à Colombey-les-Deux-Églises.

Pluie du matin n’arrête pas le pèlerin

Comme au camp louveteaux, même si il pleut, on sort. C’est un principe chez Akéla.

Nous sommes donc sortis. Plutôt que d’aller faire un grand jeu dans les bois, nous sommes allés faire du shopping dans un centre commercial. Nous n’avions pas pris nos gamelles, il y avait une intendance sur place.

Après une bonne promenade, nous sommes rentrés au camp. Demain, nous reprenons notre route.

Nous attendons la visite de Dominique et de Jean-Paul.

Grande première sur ce blog : nous lançons un concours pour nos lecteurs.

Question : quel est l’objet que Marc  a acheté, et qu’il transporte fièrement dans son sac à dos (en partie en tous cas).

Indice : ce n’est pas un fusil pour tirer sur les bandits de grand chemin voleurs de drapeaux ou d’annexes…

Prix pour celui qui donnera en premier la bonne réponse : une dent d’Akéla !

Toute la pluie tombe sur nous

Nous exagérons sans doute un peu : il pleut beaucoup ailleurs aussi…

“Rares averses”, disait la météo ce matin. Ce n’était pas franchement faux : une seule averse, ce n’est évidemment pas beaucoup. Le seul bémol, c’est qu’elle a duré toute la journée !

Nous nous sommes arrêtés à Chaumont, comme prévu, et nous y resterons jusque mercredi, en attendant nos visiteurs divers et variés.

D’ici là, la pluie se sera sans doute un peu calmée.

 

Conduite accompagnée

Sur cette partie du canal, des éclusiers nous accompagnent.

Pendant les vacances scolaires, ce sont des étudiants. Sur les six équipiers prévus, seuls deux étaient nécessaires aujourd’hui (un bateau montant et un avalant).

VNF essaye dans la mesure du possible de regrouper les bateaux, le manque d’eau devenant problématique vu le niveau très bas des quatre lacs d’alimentation.

En papotant un peu avec l’éclusier, il nous racontait que  certains plaisanciers sont parfois difficiles. Certains vont même jusqu’à simuler  une panne moteur devant une écluse pour pouvoir être éclusés seuls. La panne moteur disparaît alors mystérieusement une fois l’écluse passée.

Nous sommes partis sous un ciel bleu. La pluie que nous avons eue à l’arrivée a peut-être fait remonter le niveau des lacs d’alimentation, mais nous en doutons…

Faits divers

Ce matin au réveil, notre annexe avait mystérieusement mis les voiles, les sangles de retenue proprement tranchées. La gendarmerie nationale est venue constater les faits et dresser procès-verbal.

Nous n’avons rien entendu, le canot était placé à 50 cm de notre oreiller. Nous dormions sans doute du sommeil du juste.