Archives du mot-clé Bateau

En route vers de nouvelles aventures

Notre mécanicien tant attendu, un vrai sosie de Richard Bohringer, est arrivé avec deux heures d’avance sur l’horaire prévu. Après avoir remplacé les filtres, des joints et la petite turbine de la pompe à eau (qui était bien usée), il a déclaré notre moteur “increvable”. J’espère qu’il est prophète.

Nous voilà donc parés pour affronter le Rhône tant redouté.

En guise d’échauffement, nous avons remonté le Petit Rhône qui nous a semblé bien plus large et bien plus beau qu’à la descente.

 

 

Les voyages forment la jeunesse

Plutôt que de faire des étapes ridiculement courtes avant notre rendez-vous technique de lundi, nous avons pris un chemin de traverse : le Lez, une petite rivière sur le canal du Rhône à Sète. Il nous a conduit à Lattes, près de Montpellier, avec un  port très moderne au milieu d’immeubles construits tout autour. Nous en avons fait juste le tour.

Nous nous sommes amarrés le long de cette rivière en face de Palavas-les-Flots. L’amarrage n’a pas été facile, par fort vent de travers. Nous sommes par contre sûrs que nous y passerons une bonne nuit.

Les platanes du canal du Midi nous manquent déjà. Il n’y a pas un soupçon d’ombre…

Après les moutons, un lapin !

Je ne sais plus si notre mécanicien louche, mais en tous cas il connaît Joe Dassin sur le bout des doigts !

“Nous l’avons attendu, attendu, il n’est jamais venu, laï laï laï laï…”

“Je suis en retard”, “Je ne sais pas venir aujourd’hui, peut être demain après-midi”.

Trop is te veel, il faut  passer à autre chose.  Nous sommes donc partis en direction de Frontignan, et le moteur se fera bichonner lundi à Saint Gilles.

Du coup, nous traînaillerons  un peu sur le canal du Rhône à Sète. Nous en profiterons pour faire un détour par la petite ville de Beaucaire, chère à Alphonse Daudet.

Tenue d’été exigée

Par la force des choses, nous avons dû déshabiller le bateau. La hauteur des ponts ne nous permettait pas de passer avec le capotage. Qu’à cela ne tienne, c’est une bien agréable façon de naviguer.

Une écluse double pour se mettre en forme, puis une série de petites, agrémentées d’une triple pour démarrer la journée. Et pour varier, nous nous sommes croisés dans un bassin rond entre 2 écluses. Tout cela sous un soleil radieux.

Les platanes sont malades, les abords aussi…

Tout d’abord, la bonne nouvelle du jour : puisque nous avons navigué, c’est que le mécanicien est bien passé comme prévu. La réparation a été effectuée de main de maître, et terminée avant midi. Chapeau, l’artiste !

Autant le dire platement : le canal est très beau, mais nous espérions mieux. Les abords semblent parfois complètement à l’abandon, et on compte les épaves par dizaines. Si on y ajoute le drame des platanes malades qu’il a fallu abattre, cela donne parfois un tableau pas très présentable.

Mais nous ne sommes pas encore bien loin, et on nous dit que c’est nettement mieux après Carcassonne.

Nous avons vu des bases de location partout, mais tout sera certainement loin d’être loué…

 

Des huîtres pour Noël

Nous nous sommes mis en route dès potron-minet pour traverser au plus vite  un étang de Thau assez impressionnant. D’abord, il faut y trouver sa route avec un balisage sommaire. Ne vous y engagez pas par vent même modéré, c’est la mer.

Que les amateurs d’huîtres ne se fassent pas de soucis, il y en aura pour Noël.

Nous sommes arrivés sur le canal du Midi vers 10 heures, heureux comme des rois d’avoir atteint l’objectif.

L’étape fut malheureusement bien courte : après la première écluse, le câble des gaz nous a lâchés. Nous avons eu le temps de broyer du noir en imaginant le scénario du pire : la pièce qui doit venir de loin, l’Ascension, le pont de l’Ascension, il y avait de quoi péter un câble.

Bonne nouvelle de dernière minute : le technicien vient de nous téléphoner qu’il sera là demain matin avec le câble. Croisons les doigts.

Nous sommes connectés!

Émigrés en France depuis bientôt un an, Manon, Stef et Jérémie nous ont – comme d’habitude – royalement reçus chez eux ces 3 et 4 avril.

Jérémie avait été “chargé de mission” afin de nous trouver une solution simple, performante et économique qui nous permettrait de rester connectés à Internet pendant tout notre voyage. L’installation et les tests ont eu lieu ces deux derniers jours, et la mission brillamment remplie !

Nous aurons donc à bord un “Web Trotter” de chez SFR (publicité gratuite), qui nous permettra de connecter jusqu’à 5 appareils simultanément. Évidemment, il ne sera pas question de regarder des films en streaming à longueur de journée, mais figurez-vous que ce n’est nullement notre intention (sinon, nous serions restés chez nous!).

IMG_0492

Faits d’hiver

Le Salliance est resté au sec pendant l’hiver. Cela nous a permis d’effectuer divers travaux de maintenance, nécessaires avant d’entreprendre notre périple. Voici une liste non exhaustive de nos activités, présentée sous la forme d’un journal de bord.

  • 20 septembre 2013. Salliance est sorti de l’eau et posé sur un support.
  • 22 septembre – 10 octobre 2013. Travaux de peinture extérieure avec l’aide de Marie-Hélène et de Herman (tous comptes faits, c’est peut-être bien nous qui les avons aidés !).
  • 15 octobre 2013. Une semaine chez Jean-Paul pour réparer les hublots en bois et le support moteur.
  • Décembre 2013. Contrôle des circuits électriques et des batteries avec Olivier.
  • Janvier 2014. Réparation de l’étanchéité d’une fenêtre avec Alain.
  • Janvier-Février 2014. Élaboration d’une nouvelle jupe arrière. Nombreux essais et ajustements, puis application de 6 couches de vernis marin.
  • 19 février 2014. Entretien complet du moteur avec Wilfried.
  • 20 février 2014. Grattage de la coque pour la débarrasser des agglomérats de balanes. Ponçage et application d’une couche de peinture antifouling.
  • 25 février 2014. La pièce permettant d’arrêter le moteur n’est plus à sa place originelle. André l’a ressoudée, tout fonctionne à nouveau.
  • 3 mars 2014. Le réservoir d’eau potable fuitait sous le moteur, suite à l’absence d’un des boulons de fermeture de la trappe de visite. Réparation effectuée.
  • 14 mars 2014. Remise du bateau à l’eau.