Archives du mot-clé Aisne

Alternance d’averses et de pluie

Ne vous fiez pas aux photos. Nous vous assurons qu’il a plu pratiquement toute la journée. Et pourtant, elle a été longue : 58km. Il y avait longtemps que cela ne nous était plus arrivé.

La fatigue et la pluie ne nous ont pas empêchés d’enfourcher nos vélos pour une promenade d’une dizaine de kilomètres à travers bois pour trouver la Clairière de l’Armistice  de 1918 à Rethondes.

Nous pouvons vous dire, mais vous n’en serez sans doute pas surpris, que nous irons dormir tôt !

Tirez sur la chevillette…

Nous avons parcouru aujourd’hui notre plus moche tronçon de navigation (peut-être à l’exception de la Sambre du côté de Charleroi). Dans moins de 10 ans le Canal de l’Aisne entre Berry-au-Bac et  Asfeld, si on le laisse en l’état, fera partie du passé.

Dès que nous sommes arrivés sur le canal des Ardennes, le paysage a changé. Beaucoup de silos à grains et de grandes étendues de culture. La France est sans doute encore le grenier de l’Europe.

Aujourd’hui, nous avons testé une nouvelle technique d’éclusage,  avant l’invention de la télécommande.  Comme dans “Le Petit Chaperon Rouge”,  “Tirez la chevillette et la bobinette cherra” enclenche le mécanisme d’ouverture des portes !

Le “Chemin des Dames”

En cette année où nous célébrons le centenaire du début de la première guerre mondiale, nous étions aujourd’hui au cœur d’un de ses hauts-lieux.

Nous avons démarré  ce matin à l’aube vers le souterrain de Braye. Ce tunnel passe sous le “Chemin des Dames”, où s’est déroulée une des plus épouvantables batailles de l’Histoire, puisqu’on estime que 350000 hommes y ont perdu la vie.

Après avoir déposé  Dominique et Frédérick à Bourg-et-Comin et traversé l’Aisne sur un pont-canal, nous avons continué notre route jusque Berry-au-Bac, sous un splendide arc-en-ciel.

Demain, nous entamerons le contournement de Reims. Nous espérons arriver à Sedan vendredi soir.

A la recherche du Graal “Canal du Midi”, le bien nommé…

En ce jour du 26 avril de l’an de grâce 2014, Marc (chevalier au long cours), accompagné de  Marie-Claire (sa dulcinée), ainsi que 2 compagnons de passage (Dom et  Fred), partirent pour une énième étape à la recherche de leur Graal. Chevauchant leur fidèle destrier de métal (Salliance, le bien nommé), les voilà partis, chevauchant les flots hostiles  de cette terrible région inhospitalière (l’Aisne, ça ne s’invente pas…).

Le parcours de ce jour fut  terrible et parsemé d’embûches, mais couronné de succès. Sachez, manant, que 9 forteresses furent vaincues (de peur, celles-ci ouvrirent leurs portes à notre approche), 3 armées métalliques (Freycinet 1,2 et 3) furent déroutées par notre vaillance (de tous les peuples de la Gaule…).

Après ces terribles épreuves, la journée se termina devant un festin pantagruélique arrosé d’une eau parfumée à l’anis (pour certain), houblon et jus de raisin (pour d’autres).

Fred.