Libérés, délivrés…

Le bateau est enfin rentré au port de Huy.

Après la réparation du barrage de Vireux-Molhain, restait encore un problème de taille : remplir le bief.  658500m3 d’eau étaient tout de même passés à la trappe. Zeus a envoyé des orages et de la pluie en suffisance pour que les bateaux puissent à nouveau passer.

Dès la publication de l’avis VNF, nous nous sommes empressés d’aller rechercher le Salliance bloqué à Fumay depuis 21 jours.

Nos aventures diverses et variées de cette année se terminent donc ici .

Malgré toutes les péripéties, ce voyage restera sans doute un des meilleurs par la beauté époustouflantes des paysages et  les nombreuses rencontres glanées au fil de l’eau.

Share

La faute à la bombe atomique !

Chaque époque a connu des « coupables » désignés par la vindicte populaire : au Moyen-Age, les rousses étaient brûlées vives pour cause de sorcellerie, et dans les années 1960, la bombe atomique expliquait tout dérèglement, de quelle que nature qu’il soit.

Si ce n’est pas la bombe atomique qui empêche la navigation sur la Meuse, c’est quand même bien la présence de la centrale nucléaire de Chooz qui impose des contraintes incontournables : un débit d’environ 25 m3 par seconde est en effet nécessaire au bon fonctionnement de son refroidissement. C’est à peu près le débit actuel de la Meuse à Givet, et il est donc impossible actuellement de remplir le bief qui s’est vidé lors de l’incident du 18 juillet.

Il n’est pas difficile de comprendre qu’on ne va pas arrêter une centrale nucléaire pour laisser passer une dizaine de touristes, même s’il y a dans le tas quelques Hollandais qui crient très fort !

D’après VNF, il se pourrait que la navigation soit rouverte le 4 septembre, mais cette estimation est basée sur les statistiques de débit des années précédentes. Autant dire qu’il y a fortement intérêt à ce qu’il pleuve sérieusement dans les prochains jours. Voilà la conséquence d’avoir laissé tomber en désuétude la pratique des Rogations

Nous allons donc laisser le bateau à Fumay jusqu’au début septembre. Nous déciderons alors de la suite des opérations :

  • Si la navigation est rouverte, nous ramènerons le bateau à Huy avant que la Haute-Meuse belge ne soit mise en chômage le 15 septembre.
  • Dans le cas contraire, nous pourrions revenir par le canal des Ardennes,  le canal de l’Aisne à l’Oise, le canal du Nord, l’Escaut, pour rejoindre la Sambre à Charleroi. Ce tour éventuel de 620 km et 100 écluses ne nous fait pas vraiment rigoler !
  • Nous pourrions aussi laisser le bateau en hivernage à Pont-à-Bar.

D’ici là, nous vaquerons à d’autres occupations, ce n’est pas ce qui manque !

Share

Abandon de navire

Le barrage de Vireux- Wallerand ne sera pas opérationnel avant  vendredi dans le meilleur des cas.  Après les réparations, il faudra encore trouver de l’eau pour remplir le bief.  Nous avons donc décidé de  quitter le navire pour quelques jours et de rentrer chez nous.

Le temps que tous les bateaux agglutinés de part et d’autre du barrage défectueux soient repartis, ce ne sera sans doute pas avant le lundi 31 juillet que nous pourrons reprendre la barre.

Nous vous tiendrons bien évidemment  informés dès que la situation se débloquera.

Share

Les convoyeurs attendent…

Et ils risquent même d’attendre un certain temps. La capitainerie de Fumay vient de nous communiquer que nous sommes bloqués ici au moins jusqu’à mardi.

Olivier, Ceylan et Lucas viennent de quitter le navire comme prévu.

Nous, nous allons nous adonner à notre sport favori : jouer aux cartes.

Nous vous tiendrons au courant de la suite de nos aventures dès que nous pourrons  reprendre notre navigation.

Share

J’ai fuité, chef !

Un avis VNF est tombé hier après-midi, auquel je n’ai pas prêté attention, me disant que nous étions sur le bon tronçon de la Meuse et que rien ne pouvait plus nous arriver. Nos amis du RYCH, Brigitte et Jacquy  nous avaient pourtant prévenus, mais j’ai cru que c’était une mauvaise plaisanterie.

On ne plaisante pas avec ces choses là. Le barrage de Mouyon, un peu en aval de notre position, a subi une sérieuse avarie, et le bief en amont s’est vidé. Et nous voilà Gros-Jean comme devant, à attendre 2 jours (ou plus) que la panne soit réparée. VNF nous avertira de l’évolution de l’incident.

Ne vous faites surtout pas de soucis pour nous, nous avons le moral, d’autant plus que nous rencontrons régulièrement des équipages de notre club…

Share

Bouchons en vue !

Après la  réparation menée de main de maître à Pont-à-Bar, nous sommes arrivés hier en fin d’après midi à Charleville-Mézières.Comme nous le suggérait hier notre cousine Aline, une bonne révision du moteur s’imposera dès notre rentrée.

Ce midi, nous avons récupéré Olivier, Ceylan et Lucas pour quelques jours de navigation.

L’avis VNF vient de tomber : le canal de la Meuse sera fermé à partir de Verdun dès demain matin. Quand  il aura bien plu et que la réouverture sera programmée, cela va faire désordre : les bateaux venant des Vosges, plus ceux venant de la Moselle, plus ceux du canal de la Marne au Rhin, même si il y a peu de monde, cela occasionnera des bouchons.

La personne qui s’occupe de la halte où nous sommes ce soir conseille vivement aux personnes qui remontent le cours de la Meuse vers Verdun de rester à Monthermé pour ne pas encombrer les haltes en amont.

 

 

Share

Et ça continue, encore et encore…

Pour la 3ème fois depuis notre départ en mai, nous avons de l’eau dans la cale moteur.

Hier soir, en penchant nos têtes grises  au-dessus du moteur, nous avons détecté où était l’entrée d’eau. Ce n’est vraiment pas bien grave, mais nous avons besoin d’un mécanicien pour réparer.

Nous sommes au chantier de Pont-à-Bar, et nous espérons repartir mardi matin.

En fait, c’est peut-être bien nous qui vidons les canaux. Si c’est la cas, nous ferons bien-sûr notre mea culpa.

Share

Faites la file !

Tout le monde est sorti de sa torpeur… Sans doute étaient-ils tous partis aux bals du 14 juillet. Il faut dire que même dans le coin perdu où nous étions hier, il y a eu un feu d’artifice bien surprenant pour ce tout petit village.

Sur notre courte navigation d’aujourd’hui, nous avons croisé une bonne quinzaine de bateaux montants. Il faut dire que nous sommes dans le bon sens de circulation : cela nous rappelle l’époque où nous passions un week-end en Ardennes en partant de la côte.

Ça fait du bien de revoir un peu de monde. Nous leur souhaitons de ne pas être bloqués un peu plus loin…

Share

Le plaisir de naviguer est de retour…

Journée splendide pour naviguer. Du soleil et du vent juste bien dosés…

Nous avons quitté Verdun ce matin. Personne ne comprend pourquoi nous ne sommes pas restés pour les festivités du 14 juillet : simplement parce que ce n’est pas notre truc, d’autant moins que le podium (et tout ce qui l’accompagne) était juste à côté de notre bateau.

A 16h, nous étions les seuls à être passés aujourd’hui à l’écluse de Consenvoye. En général à cette période de l’année, il y passe une douzaine de bateaux par jour.

Quand nous avons décidé de rentrer à Huy plus tôt que prévu,  nous avions 2 possibilités : Le canal de la Meuse où le canal de la Marne au Rhin ouest . Un avis VNF vient de tomber à l’instant et nous avons été bien inspirés de prendre le canal de la Meuse.

Avis VNF

Quand se fera le bilan de la saison touristique, ça va geindre dans les chaumières !

Share

Ils nous attendent…

Pour peu, ils nous dérouleraient le tapis rouge . Nous sommes sur la dernière portion du canal de la Meuse où 19 écluses sont encore manuelles. Les éclusiers sont désespérés . A 14h, certains d’entre-eux n’avaient pas encore vu un seul bateau.

Ce fut une longue étape, mais nous sommes contents d’être à Verdun. A notre arrivée, la sentence venait de tomber : le canal de la Meuse sera fermé à partir de vendredi quelques kilomètres en amont, à Saint-Mihiel. Nous avons rudement bien fait de ne pas traîner en chemin.

No v’la  co chappés !

Share