Faits comme des rats…

Nous sommes souvent passés par des trous de souris. Cette fois, la souricière s’est refermée sur nous.

Nous étions si contents d’arriver à la fin du canal de Bourgogne avant sa fermeture le 26 juillet. Nous nous disions que quand nous serions sur l’Yonne, nous aurions un boulevard pour notre retour.

C’était sans compter sur une panne à l’écluse numéro 6 de Villeneuve-sur-Yonne, qui ne sera probablement réparée que lors du prochain chômage planifié.

Si je sais correctement lire (et si VNF sait correctement écrire), cela veut dire que la navigation ne reprendrait à cet endroit que le 1er décembre !

Nous téléphonerons demain à VNF pour de plus amples renseignements.

Atmosphère, atmosphère…

Share

Sportdag.

Vandaag hebben wij de temperatuur van het zuiden gevoeld : 10 graden verschil met België !
Ook al was het vakantie, geen farniente : 30 km gevaren, 13 sluizen gepasseerd, 4 sluizen als VNF werken (Ceylan), 1 km gewandeld nadat de Salliance ons achtergelaten heeft… en 20 km met de fiets.
De dag was geslaagd, de luchtfoto’s met de drone ook, nu nog een lekkere pizza om de dag af te sluiten.

Ceylan en Lucas.

Share

Magnez-vous le train !

Le manque d’eau devient criant.

Nous ne pouvons plus traînailler en route. Les biefs, qui étaient déjà limite, viennent encore d’être abaissés. Nous ne pouvons plus nous arrêter en dehors des ports aménagés.

Et ce soir, nous n’avons même pas pu arriver à quai. Nous avons donc dû sortir notre échelle de coupée.

Nous allons donc augmenter la cadence pour sortir le plus rapidement possible du canal de Bourgogne (canal qui n’a jusqu’à présent jamais été fermé pour manque d’eau). Il nous reste encore une centaine de kilomètres.

Share

Visites culturelles

Nous avons reçu la visite des cousins de Houffalize. Comme à notre habitude maintenant, nous avons profité de leur carrosse pour nous ravitailler en nourriture et carburant, puis aller faire notre petite lessive.

La journée d’aujourd’hui a été consacrée à des visites culturelles de taille : l’abbaye de Fontenay et la grande forge de Buffon. Deux visites qui valaient vraiment le détour.

Nous n’avons bien-sûr pas oublié de bien nous sustenter et nous abreuver.

En fin d’après-midi, ils ont enfourché leurs vélocipèdes pour parcourir pendant une semaine ce magnifique canal de Bourgogne.

Share

Une étape du feu de Dieu.

Nous avons sans doute parcouru aujourd’hui notre plus longue étape : 4,47kms et 10 écluses. Mais ne vous tracassez pas, nous nous rattraperons plus tard. Nous en avons terminé avec la grande chaîne d’écluses. Et ma foi, elle n’était pas si terrible (le capitaine n’en est pas convaincu).

Dans cette longue série d’écluses qui se suivent à la queue leu leu, nous avons été étonnés de voir le nombre de maisons éclusières mises en valeur : habitations d’éclusiers, locations à des vacanciers (Anglais, Norvégiens, Suisses…). Et pour ceux qui ont une imagination débordante, elles sont transformées en gîtes pour le moins originaux.

Demain nous attendons la visite de nos cousins d’Houffalize.

Share

Heureusement que la canicule est finie !

Hier, nous avons franchi 26 écluses sur une distance de 10 kilomètres. Aujourd’hui, nous avons remis le couvert et nous en avons avalé 20 sur 6 kilomètres. Vous comprendrez que nous sommes un peu fatigués.

Les éclusiers qui nous accompagnaient étaient efficaces et à notre service, mais il fallait de temps en temps les aider à mouliner.

Et ne pensez pas que, quand nous sommes arrivés à notre halte, ces braves avaient fini leur journée. Que nenni, ils s’en allaient couper des arbres morts le long du canal.

Share

Marnage : 1m40, vase comprise.

Pour la première fois dans notre carrière de navigateurs, nous avons littéralement vogué dans la vase.

L’éclusière nous avait d’ailleurs bien dit de ne pas nous arrêter en “sauvage”, que nous ne saurions plus repartir. C’était un long bief de 10 kilomètres.

Nous n’étions pas trop inquiets. Nous naviguions avec notre grand frère, un bateau un peu plus grand que le nôtre, du même constructeur, acheté au même endroit. Il était devant nous et nous ouvrait aussi la route.

Après ce long bief, tout est rentré dans l’ordre, mais les niveaux d’eau sont quand même très bas.

Dernière minute : renseignements pris, le bateau qui a navigué avec nous aujourd’hui fait demi-tour demain. Son capitaine a peur de ne pouvoir rejoindre son port d’attache.

Share

Gendarmerie nationale, vos papiers s’il vous plaît !

Sur une période de 2 ans, nous avons eu 3 contrôles de police. C’était le premier en France.

Et ils ont tout contrôlé : lettre de pavillon, permis VHF (quoique en France, sur les canaux, ils ne savent pas très bien à quoi cela peut servir), assurance. Bref, tous les papiers que nous leur avons présentés plus l’extincteur, les gilets de sauvetage, le klaxon et le 2ème moyen de propulsion.

Ils n’ont rien trouvé à redire et s’en sont allés. Et allez savoir pourquoi, ils n’ont contrôlé que notre bateau. Peut-être avons-nous une tête de repris de justice ?

Share

Comme des gamins.

La chaleur étant beaucoup moins suffocante, nous avons sorti nos vélos. Nous nous sommes un peu pris pour les coureurs du Tour de France.

Sauf que nous, nous ne sommes pas arrivés au sommet du col. Nous avions visé un château pas bien loin de notre halte, mais un peu trop sur les hauteurs. Nous avons été présomptueux. Bah, ça ne fait rien, ça n’a pas d’importance !

Pour le quiz d’hier, toutes les réponses reçues (blog, facebook, mail et messager) étaient bonnes. Il s’agissait du film de Bertrand Blier, “Les valseuses”, avec Jeanne Moreau, Miou-Miou, Brigitte Fossey, Isabelle Huppert, Gérard Depardieu et Patrick Dewaere.

Share

Ciné quiz : le retour.

Nous sommes de nouveau passés sur les lieux de tournage d’un grand film des années 70.

Ce film a été démoli par la critique mais a eu un succès populaire extraordinaire.

Un seul indice aujourd’hui (vous êtes trop forts) : la bande annonce est dite par un Claude Piéplu au meilleur de sa forme.

Regardez quand même les photos, peut-être vont-elles vous inspirer.

Share